Vivement des élections à date fixe!

Ça fait des mois que le premier ministre joue avec nos nerfs. Lui seul a le pouvoir de déclencher ces élections tant attendues et tant réclamées. Et on dirait même qu’il s’en délecte, qu’il fait rouler le piton entre ses doigts pour faire durer le plaisir… Mais non! Il calcule, il évalue, il sonde et il manœuvre en attendant le bon moment… ou en créant le bon moment?

À la fin de la session parlementaire en juin, Stéphane Bédard, leader parlementaire du Parti Québécois, dévoilait une diapositive présentée aux députés et stratèges du Parti libéral établissant clairement la stratégie électorale de Jean Charest sous la forme d’une «ballot question» : l’économie et le Plan Nord avec le PLQ de Jean Charest, ou les référendums et la rue avec le PQ de Pauline Marois.

Le premier ministre aurait donc laissé volontairement traîner le conflit étudiant à des fins purement électoralistes. Avoir des manifestants dans la rue, de préférence exaspérés pour faire monter un peu la tension, est devenu essentiel. Sans quoi la stratégie tomberait… Et la publicité négative sortie début juillet par le Parti libéral pour dénigrer Pauline Marois qui frappe sur des casseroles vient le confirmer.

Combien de fonds publics investis dans cette campagne préélectorale, incluant les coûts engendrés par le conflit étudiant? Combien de dollars engagés dans des publicités non comptabilisées par le Directeur général des élections puisque la campagne n’est pas encore déclenchée officiellement?

Depuis janvier, nous n’avons plus de premier ministre au Québec. C’est maintenant le chef du Parti libéral qui préside aux affaires publiques, écorchant un peu plus au passage la perception des institutions, déjà bien mal en point si l’on en juge par le cynisme ambiant. Ce ne sont plus les intérêts supérieurs du Québec qui comptent maintenant, mais la réélection de Jean Charest.

Il semblerait même que les vacances des Québécois ne soient plus importantes, puisqu’on apprend aujourd’hui que le premier ministre aura sans doute le front de déclencher une campagne électorale en pleines vacances de la construction, dès le 1er août, alors que l’intérêt de la population sera à son plus bas. Pas parce qu’on veut tous des élections au plus vite, non! Parce que des citoyens et des journalistes qui manquent la moitié de la campagne électorale, ça fait l’affaire du PLQ…

Ainsi, pour éviter ce jeu de stratégies tout à fait nuisible à la démocratie car il favorise la réélection du parti au pouvoir, il est essentiel de se doter d’élections à date fixe, ce à quoi s’oppose fermement le Parti libéral du Québec. Nous sommes pourtant la seule province avec l’Alberta à ne pas avoir légiféré en ce sens. Une telle mesure, combinée à la limitation à deux mandats pour le premier ministre comme proposé par le Parti Québécois, contribuerait sans aucun doute à assainir les mœurs politiques et à réduire l’électoralisme de la gouvernance.

Les institutions ont été bien malmenées au Québec depuis 9 ans. Corruption, collusion, copinage, baillons à répétition, manipulation de l’information à des fins partisanes et — nous le voyons maintenant — électoralistes, judiciarisation inutile d’un conflit amenant la population à désobéir aux lois, et j’en passe! Le cynisme atteint des sommets, les citoyens se sentent dépourvus, mais il faut garder confiance! Un autre Québec est à portée de main!

Publicités

Le temps d’embarquer

Lundi soir, bar Le Caucus, Lachute. Rassemblement électoral du Parti Québécois. Décompte des boîtes de scrutin, une à une. L’espoir est grand. Le comté d’Argenteuil appartient aux libéraux depuis 1966. Jamais le PQ n’est arrivé à y faire élire un député. Mais l’insatisfaction vis-à-vis du gouvernement Charest est immense. Et c’est le temps de le lui faire savoir. Roland Richer se hisse en première place. C’est une explosion de joie qui accueille chaque nouveau résultat. Et c’est la jubilation quand le PQ scelle enfin la victoire avec 501 voix d’avance, à la 180e boîte.

J’y étais. Ça sentait la coupe, c’était soir de finale en plus, l’ambiance était brûlante et suante, la chaleur collective a vite pris le dessus sur la clim, et la politique est vite devenue plus passionnante que le hockey. Ça sentait la fierté à plein nez, ça brillait dans les yeux, ça klaxonnait dans les rues. Jusqu’aux petites heures du matin. On en oubliait qu’on était lundi et qu’on travaillait le lendemain. Les plus vieux disaient que c’était comme la victoire du PQ en 1976. Moi, je me l’imaginais comme un mince aperçu de la nuit de liesse qui pourrait suivre la victoire du OUI à un référendum. C’était soir d’histoire et de fierté.

Oui, je travaille au PQ. Mais je n’écris pas ceci parce que je travaille au PQ. Je travaille au PQ parce que je pense ceci. Vraiment. Sincèrement. Et c’est le cas de tous ceux que j’ai rencontré ici jusqu’à maintenant. Des gens de convictions. Des gens fiers. Des gens qui portent une idée plus grande qu’eux. L’idée d’un pays. Dans un parti porteur d’histoire et d’espoir. Un parti fait d’hiers et de demains. Un parti rassembleur.

Oui, ça brasse souvent au PQ. Et ça bouillonne sur la place publique. Mais c’est le cœur même du parti, un parti de débats, un vrai parti démocratique. Pas de loi du silence, mais de la transparence. De la vérité. Et des idées. Qui brassent. Mais qui font avancer.

Hier, ça sentait la Saint-Jean avant le temps. Ça sentait l’été après le printemps. Ça sentait l’avenir à espérer. Le pays à concrétiser. Ça sentait le temps d’embarquer.